L’histoire de la « Revenge dress » de Lady Diana, la mini-robe qui en dit long

 dans Je m'inspire

revenge dress

L’histoire de la « Revenge dress » de Lady Diana, la mini-robe qui en dit long

revenge dress

La Revenge dress de Diana Frances Spencer

revenge dress





Temps de lecture estimé à 6 minutes

Courte, dévoilant les épaules et accessoirisée d’une traîne légère et d’un énorme collier de perles, avez-vous deviné quel est ce look iconique ? 27 ans après ce fameux événement organisé par Vanity Fair à la Serpentine Gallery, nous entendons toujours parler de cette magnifique tenue portée par Lady Di le mercredi 29 juin 1994 sur les parterres verdoyants des jardins de Kensington à Londres.

« Pour les hommes comme pour les femmes, les vêtements peuvent être un outil de communication important », a écrit Vanessa Friedman, critique de mode au New York Times.

L’une des petites robes noires les plus connues de l’Histoire a largement mérité son surnom de « revenge dress » ou « robe de la vengeance ». Remontons le fil du temps pour découvrir l'origine de cette expression, direction : sous les jupons de la Mode !

Une rencontre, un mariage et une princesse adulée par le monde entier : le cocktail parfait

Diana Frances Spencer rencontre le prince Charles en 1977 lors d’une soirée organisée au domaine des Spencer, le château Althorp. Elle n’a alors que 16 ans, mais attire sans doute tous les regards. Impossible de passer à côté de sa bienveillance, de sa délicatesse et de son charme naturel.

Althorp House, Northamptonshire - geograph.org.uk - 908595

Elisabeth II la considère comme une personnalité idéale pour incarner la future princesse de Galles. On arrange une rencontre officielle entre les futurs époux. Elle se tient le 30 juillet 1980 lors d’un match de polo à Cowdray Park. À peine quelques mois plus tard, le 29 juillet 1981, la cérémonie que l’on appelle aujourd’hui le « mariage du siècle » est célébrée à la cathédrale de Saint-Paul de Londres. Cela devant plus de 700 millions de téléspectateurs ! Et malgré les doutes éprouvés par le prince de Galles… En effet, les fiancés ne s'étaient vus qu’un peu plus d’une dizaine de fois entre leur première rencontre et le jour de la cérémonie…

Avec sa traîne de plus de huit mètres, la robe de mariée de Diana deviendra également une pièce mythique.

Le début de la tourmente : séparation et adultère

Après 11 ans de mariage et la naissance des princes William et Harry, le couple se sépare le 9 décembre 1992. Les tabloïds profitent de la situation et rapportent des rumeurs d’adultère des deux côtés.

Dix-huit mois plus tard, la veille de la soirée caritative annuelle de Vanity Fair (28 juin 1994), le quotidien The Independent révèle en avant-première des verbatims tirés du documentaire consacré au 25ème anniversaire de l’intronisation[1] du prince Charles : « Charles : The Private Man, the Public Role » diffusé le lendemain sur ITV. Dans cet entretien, le prince de Galles explique au journaliste Jonathan Dimbledy comment la relation qu’il entretenait avec Lady Di s’est envenimée. Mais il fait surtout d’étonnantes révélations.

Je suis resté fidèle à Diana durant nos années de mariage.

Depuis leur séparation, les rumeurs d’adultère n'ont cessé. Aussi Dimbleby demande au prince s’il a été, depuis 1981, fidèle à Diana. Le prince Charles répond : « Oui », avant d’ajouter : « Jusqu’à ce que [notre mariage] se brise irrémédiablement, après que l’on ait tous les deux fait de notre mieux. » Une simple phrase qui sonne comme un aveu de son adultère avec Camilla Parker Bowles.

Une robe qui arrive à point nommé

« Elle voulait avoir l’air de coûter un million de dollars », confie Anna Harvey, ancienne styliste de Diana, dans le documentaire « Princess Diana’s Dresses : The Auction ».

Humiliée et exposée devant le monde entier, Diana s’est sûrement posé la question : « Dois-je quand même assister à cette soirée caritative ? ». La princesse de Galles était censée porter une tenue signée Valentino. Mais l’annonce publique de la maison de couture déplaît à Diana. Elle décide de s’affranchir du protocole et de la robe. Son choix se porte sur une création de la designer de mode grecque Christina Stambolian. Jugée trop osée pour ses représentations publiques — Diana préfère que l’attention soit portée sur ses œuvres philanthropiques plutôt que sur elle — la princesse avait sagement rangé la robe au fond de son dressing. Jusqu’à ce fameux soir de juin 1994.

30 secondes, voilà ce qui a fallu pour que la petite robe noire de Diana devienne iconique. Juste le temps de sortir de sa voiture, serrer la main de Lord Palumbo, le président des administrateurs de la Serpentine Gallery, et d'entrer dans la galerie.

revenge dress

Une robe décolletée qui sonne comme une réponse aux propos chocs du fils de la reine Elisabeth II. La princesse était pourtant censée respecter le code vestimentaire royal. En effet, le couple ne sera officiellement divorcé que 2 ans plus tard, le 28 août 1996.

Avec ce choix de tenue, Lady Di veut prouver qu’elle est une femme forte, libre et indépendante. Pour Kerry Taylor, fondatrice de la maison de vente aux enchères éponyme, le terme de « revenge dress » tombe sous le sens. « Elle a porté (la robe) au même moment où le Prince Charles confessait son adultère avec Camilla. Diana avait un engagement public à la Serpentine Gallery. Certains se seraient sûrement dit « Je ne peux pas faire face à cette soirée ». (Elle) y est allée dans cette robe à couper le souffle. C’était une vraie déclaration ». La démonstration d’une femme de caractère qui s’assume pleinement et qui fait face à toutes les situations avec brio.

Le vêtement, un moyen de communication

En 2013, cette pièce inoubliable est mise aux enchères par Kerry Taylor Auctions aux côtés de neuf autres robes mémorables de la mère de Harry et William. Achetée 900 £, la robe devenue mythique est vendue à 39 098 £ en 1997 soit environ 47 000€ aujourd’hui.

Ce mythe de la revenge dress inspire aujourd’hui encore de nombreuses femmes. À tel point qu’il est devenu une tradition après une déception amoureuse. Jennifer Aniston, Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Taylor Swift, Rihanna… sont autant de célébrités qui perpétuent la légende.

revenge dress

Tout comme le langage verbal, la mode a le pouvoir de susciter une émotion, de raconter une histoire, de faire passer un message, de révéler une identité et de former une communauté. C’est peut-être l'une des raisons pour lesquelles la « revenge dress » est devenue iconique : elle est imprégnée d’un message fort. Ce n’est pas nouveau… Qu’il s’agisse de la tendance minimaliste ou du mouvement Y2K (mode des années 2000), nous utilisons la mode comme un langage pour diffuser des messages socio-politiques depuis des siècles.

La vengeance est-elle féministe ?

« [La revenge dress] est une idée profondément conservatrice », explique le Dr Angela McRobbie, professeure en communication au Goldsmiths College de l'Université de Londres. « Dans ce monde claustrophobe, la jeune femme qui a été trompée ne peut penser à d'autre moyen de punir son amant indigne de confiance que par des étalages extravagants de la mode et du corps. »[2]. L’interprétation donnée à cette robe post-rupture ne doit pas se limiter à l'idée de vengeance féminine ou à une énième mise en scène du corps. Une « robe de vengeance » impliquerait qu'une femme n'aurait que son apparence comme outil à sa disposition, or ce n’est pas le cas.

Les moindres faits et gestes des femmes ne devraient pas faire l’objet d’analyses ou de commentaires. Ils ne devraient pas être traités comme une réaction au comportement masculin. La revenge dress doit aussi pouvoir être envisagée comme un acte pour soi, une libération de la femme vis-à-vis de notre société patriarcale.

revenge dress

« Les actes de vengeance et de shopping ont toujours existé, mais étaient auparavant individualistes. Les gens s'exprimaient en fonction de leur situation personnelle unique. », nuance le professeur Ashwani Monga de la Rutgers Business School au Guardian.

Le travers ultra-consumériste dans lequel il ne faut surtout pas tomber : le « shopping revenge ». Il consiste à acheter une nouvelle pièce pour prouver notre valeur après une rupture. Empreinte d’un souvenir douloureux, il est peu probable que vous alliez porter à nouveau cette tenue…

Sources :

[1] cérémonie d’officialisation de la prise de fonction

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

Vous aimerez aussi
Commentaires

Partagez votre avis

Start typing and press Enter to search

Résolutions 2022 - Commencez 2022 en beauté avec de nouvelles résolutions faciles à suivre