https://www.sloweare.com/sitemap.xml

A la rencontre de Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier (Panafrica)

A la rencontre de Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier (Panafrica)

Interview de Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier




Temps de lecture estimé à 5 minutes

Notre rencontre avec Eloïse a eu lieu sur le salon du Who’s Next quelques semaines avant le lancement de SLOWEARE. En tant que jeune marque, nous n’avions alors pas encore découvert tout l’écosystème, nombreux et divers, de la mode éthique. Lorsqu’Eloïse nous a présenté SLOWEARE, ses convictions, ses ambitions, nous avons tout de suite pensé que la plateforme deviendrait un outil important dans notre quotidien d’entrepreneurs, de créateurs et de consommateurs.

Quand avez-vous créé Panafrica et pourquoi?

Nous avons créé PANAFRICA en 2015. Nous nous étions rencontrés à la fac puis Hugues est parti vivre en Afrique, entre le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Congo Brazzaville pendant 3 ans.

Lors d’un retour en France pour les vacances, il m’a montré les tissus qu’il avait découverts sur un marché d’Abidjan et nous avons tous les deux flashé sur ces motifs et ces couleurs éclatantes. L’idée de pouvoir en porter au quotidien en l’associant à notre passion pour les baskets, c’est ce qui nous a motivés à quitter nos métiers respectifs et à se lancer dans cette aventure !

Avec ce projet de baskets en tête, la création de notre marque n’a été ensuite qu’une succession de choix qui nous apparaissaient logiques et en accord avec nos valeurs.
Au-delà de se présenter comme un continent de voyages, de rencontres et d’inspirations, nous avons vu en Afrique la possibilité de fabriquer intégralement nos produits sur place et, surtout, la possibilité de fabriquer nos produits en y intégrant une notion qui nous est très chère, celle de l’impact positif.

Avec PANAFRICA, nous pouvions participer au maintien d’industries locales, mettre en place des schémas de commerce équitable avec des partenaires talentueux, mettre en avant des savoir-faire, des initiatives durables… Alors pourquoi ne pas le faire ?

Quels engagements souhaitez-vous valoriser?

Notre objectif est de prendre en considération le bien-être de l’Homme et de l’environnement dans chaque phase de la production de nos produits : de l’achat des matières premières à la vente de nos baskets. La liste de nos engagements est donc longue et, il faut le souligner, non exhaustive ! Elle s’allongera, c’est sûr, au fur et à mesure de nos découvertes, nos rencontres, nos prises de conscience…

Aujourd’hui, nous sommes heureux de pouvoir intégrer des engagements forts dans notre processus de fabrication : une relation directe et sans intermédiaire avec nos fournisseurs, une production raisonnée (étendue sur 6 mois) dans le respect des femmes et des hommes qui fabriquent les PANAFRICA, des transports logistiques optimisés, un schéma de commerce équitable avec des producteurs en Afrique et le soutien de projets pour l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez dû faire face? Comment avez-vous réussi à les résoudre?

Les principales difficultés auxquelles nous avons dû faire face étaient justement au moment de la construction de cette chaîne de valeur en Afrique de l’Ouest. Difficile de convaincre un atelier de chaussures ou encore un fournisseur de tissu wax que le petit dessin que vous leur montrez a du potentiel et qu’ils peuvent nous faire confiance.

Il a alors fallu aller étape par étape, acheter nos tissus un par un sur le marché avant d’avoir suffisamment de commandes pour frapper à la porte d’Uniwax, le fabricant historique de Wax en Côte d’Ivoire.
Si nous avons gagné la confiance de nos fournisseurs, c’est finalement grâce à nos clients et à notre communauté qui nous soutiennent depuis le début. Leur enthousiasme pour notre projet lors de notre campagne de crowdfunding (2000 paires vendues en 1 mois) a fini de convaincre nos, désormais, partenaires et nous sommes ravis aujourd’hui de grandir avec eux.

Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier

Quel a été votre cheminement personnel vers la mode éco-responsable?

Comme une grande majorité des français, notre prise de conscience pour un mode de consommation plus responsable, de manière générale, a débuté avec l’alimentation : traçabilité, local, bio, agriculture raisonnée… Une multitude d’enjeux se sont présentés et nous sommes naturellement orientés vers ce qui semblait le plus durable pour notre santé, les producteurs, l’environnement.

Pour la mode, nous n’avions pas tout suite conscience de l’ampleur de notre responsabilité en tant que consommateur. C’est justement en créant PANAFRICA, en visitant des usines dans lesquelles nous n’étions pas à l’aise, en discutant avec des fournisseurs sur le processus de fabrication de matières etc… que nous avons réalisé l’impact que nos vêtements pouvaient avoir. Depuis, nous ne faisons plus de shopping de la même manière !

Quelle mode/style avez-vous envie de défendre?

A travers nos créations et notre discours nous défendons un style de vie optimiste et haut en couleur. Nous nous adressons à un public très varié (âge, sexe, pays, cultures…) mais qui a cette même envie de croquer la vie à pleine dent, de se lancer des défis, de voyager, de découvrir de nouvelles choses tous les jours.

Nous souhaitons aussi défendre un mode de consommation différent, responsable mais surtout simple et avec lequel on peut s’amuser et se faire plaisir, sans culpabiliser.

Il y a aussi cette notion de « se démarquer ». Il n’y a pas deux paires de PANAFRICA pareilles, les motifs des tissus varient à chaque fois. Elles sont uniques, leur histoire est unique, tout comme celles que nos clients vont écrire avec, en les portant.

Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier

Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier

Quelle est votre inspiration mode du moment dans votre vie quotidienne (personnalité, créateur…)?

Sans hésiter, Stromae. Son talent, sa musique et cette manière de proposer en toute simplicité des morceaux très travaillés. Plus récemment, nous avons été fascinés par les créations de Mosaert, particulièrement par la subtilité des motifs, des formes. Des classiques élégants qui retrouvent une originalité certaine grâce aux couleurs. Tout ce qu’on aime !

Quelle est votre rituel beauté? / votre vêtement fétiche?

Ce qui nous plaît le plus, et c’est certainement comme ça que l’idée de baskets nous est venue, ce sont les accessoires : chaussures (évidemment), bijoux, écharpes… c’est ce qui permet de nous exprimer le plus et de compléter nos tenues généralement constituées de basiques.

Facebook5k
Instagram2k
LinkedIn1k
Google+
Google+
https://www.sloweare.com/interview-panafrica
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest

Vous pouvez nous laisser un commentaire ici

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

  •  
    1
    Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
Vous aimerez aussi

Partagez votre avis

Dreamact X SloWeAre -1
Lire les articles précédents :
Mal etre humains aberrations ecologiques defis des Fashion Week
Mal-être humains et aberrations écologiques : les défis des Fashion Week

Salariés sous pression, dépendants de décisionnaires rois, entorses au droit du travail et désintérêt de logiques écologiques basiques... Certaines maisons...

Fermer