soleRebels, des chaussures fabriquées grâce à des pneus de camion en Éthiopie

 dans Je suis ecofashion

soleRebels, des chaussures fabriquées grâce à des pneus de camion en Éthiopie

soleRebels

Temps de lecture estimé à 2 minutes

Une jeune entrepreneure a lancé soleRebels, des baskets et mocassins fabriqués grâce à de vieux pneus de camion. Une usine qui fonctionne à l’énergie solaire, des artisans payés correctement, et des ventes qui explosent à l’étranger, cette entreprise éthiopienne ose l’éthique et le respect de la nature, et ça marche.

Pour marcher le pied ferme sur les chemins de la slow fashion, quoi de mieux que des chaussures recyclées avec des pneus. Les routes du monde à vos pieds, c’est possible et de plus en plus répandu. En Éthiopie, depuis plus de dix ans déjà, les fermiers et guérilleros ont l’habitude d’utiliser le caoutchouc pour fabriquer leurs chaussures. Alors pourquoi pas nous aussi ? Bethlehem Tilahun Alemu, une jeune femme de 30 ans, a lancé soleRebels sa marque de chaussures en pneus recyclés. Tongs, baskets, mocassins, le succès de soleRebels est devenu international grâce à la plate-forme de vente en ligne.

Cette ancienne comptable a lancé son « usine » dans une petite maison en périphérie d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie. Elle compte quarante-cinq employés qui fabriquent en moyenne 500 paires de chaussures par jour. Voilà comment Alemu a fait d’une pratique ancienne un véritable produit de mode écologique, responsable et qui est économiquement rentable. Dans les années 1940, les Éthiopiens qui ont repoussé les soldats italiens portaient ces fameuses chaussures faites en pneus de camions. C’est en repensant à l’histoire de son pays que la jeune entrepreneure a eu l’idée de faire de ces chaussures un produit typiquement éthiopien.

« Le recyclage est un mode de vie, a-t-elle déclaré au Guardian. On ne jette pas des choses qu’on peut réutiliser encore et encore… Je voulais partir de cette idée pour créer quelque chose. » Grâce au commerce en ligne, soleRebels s’est développé à une vitesse phénoménale. La chef d’entreprise rémunère ses salariés 1,34 euros par jour pour un débutant, et environ 8 euros pour un artisan expérimenté, ce qui est tout à fait correct pour un pays au PIB faible comme l’Éthiopie. La jeune entreprise participe aussi à l’économie de son pays qui vit encore beaucoup des aides internationales. « Ce n’est pas de cette façon que nous bâtirons une économie durable. Nous devons savoir gérer nos problèmes nous-mêmes », affirme-t-elle au Guardian.  Alemu pousse son entreprise dans le respect de l’environnement jusqu’au bout puisque l’atelier est alimenté à l’énergie solaire. Alors que les pays étrangers s’arrachent ces paires de chaussures en pneus de camions sur Amazon, Alemu résume très bien son succès au Guardian : « nos chaussures parlent d’elles-mêmes ».

soleRebels dans La preuve par trois sur ARTE à partir 08:45



Facebook2k
Facebook
Instagram1k
LinkedIn
YOUTUBE
YOUTUBE
Pinterest
Pinterest
Google+
Google+
https://www.sloweare.com/des-chaussures-fabriquees-grace-a-des-pneus-de-camion-en-ethiopie
RSS

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

Le guide des étiquettes

Recevez gratuitement notre guide pratique des étiquettes édité par SloWeAre.
Inscrivez-vous à notre SlowLetter pour obtenir le lien de téléchargement.
Adresse mail
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Vous aimerez aussi

Partagez votre avis

https://www.sloweare.com/sitemap.xml

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

Restez connectés

Ne manquez plus aucune information de la mode éthique et éco-responsable.
Toutes nos actus, nos bons plans seront dans la prochaine SlowLetter (bi-mensuelle).
Adresse mail

Le guide des étiquettes

Recevez gratuitement notre guide pratique des étiquettes édité par SloWeAre.
Inscrivez-vous à notre SlowLetter pour obtenir le lien de téléchargement.
Adresse mail
robe_ocean_featured_newstella mccartney campaign 2016
Fermer