https://www.sloweare.com/sitemap.xml

Shopping list – Des bottines cool pour l’automne : éco-responsables/vegan

Shopping list – Des bottines cool pour l’automne : éco-responsables/vegan

Des bottines éco-responsables cool pour l’automne





bottines éco-responsables

SLOWEARE

Temps de lecture estimé à 14 minutes

Fabriquer des bottines éco-responsables, on peut dire que ça fait partie des gros challenges actuels pour l’industrie de la chaussure. Les embûches sont plutôt nombreuses. D’abord bien souvent, le principal matériau naturel d’une bottine, c’est le cuir. Partant de là, difficile d’oublier son origine – sauf à choisir des bottines vegan. Le cuir provient généralement (et exclusivement pour l’Europe) d’animaux issus de l’industrie agro-alimentaire. Si ces peaux n’étaient pas « valorisées » pour le cuir, cela n’endiguerait pas pour autant l’exploitation des vaches, veaux, moutons.... Les substituts vegan, à l’heure actuelle, sont rarement naturels (liège ; Piñatex et autres cuirs végétaux ; polyuréthane ou PVC nettement moins, même si l’on commence à trouver des polyuréthanes « responsables »).

Retournons-en au cuir. Une autre de ses problématiques majeures, c’est son traitement qui implique l’utilisation de produits chimiques, notamment les agents de tannage* comme le chrome, ainsi que de l’acide pour la préparation de cette étape. En Europe, la mise sur le marché de cuir contenant du chrome VI, classé cancérogène par l’INRS, et allergène à l’échelle du consommateur, est restreinte à un taux de 3µg/kg (les cuirs subissent des analyses avant mise sur le marché) ce qui limiterait de 80% les risques allergènes d’après la Commission Européenne. On parle alors de tannage low-chrome.

Autre pollution liée au cuir : celle des eaux. La production européenne est soumise à des obligations de traitement et recyclage des eaux, mais ce n’est pas le cas de la production sud-américaine ou asiatique notamment, où l’on peut déverser les eaux toxiques issues du tannage, de la dépilation, etc...directement dans les rivières (==> ??).

Enfin, le suivi de l’entièreté de la chaîne de production d’une bottine n’est pas une mince affaire : celle-ci est constituée de beaucoup d’éléments différents, du talon à la boucle en passant par les renforts textiles et les semelles. Ce qui signifie des fournisseurs variés et un suivi complexe.

*Mémo : le tannage, dont nous parlons pas mal dans cet article, c’est l’étape de transformation de la peau en cuir, en la rendant imputrescible. Il peut être réalisé très naturellement, avec des écorces, un processus qui dure plusieurs semaines. Les industriels préfèrent un tannage au chrome, qui peut nécessiter à peine une journée. Pour être super calé sur la question du cuir, rendez-vous ici !

Le défi pour toutes les marques que nous avons repérées : proposer un cuir non nocif, le moins polluant possible et connaître son circuit de production sur le bout des doigts pour s’assurer des bonnes conditions de fabrication, humaines comme environnementales.

Nous avons trouvé celles qui s’y attèlent !

1. Jules et Jenn

Jules et Jenn propose des modèles intemporels de qualité. Sa démarche de transparence repose sur plusieurs engagements : une mode responsable, un prix juste et accessible ainsi qu’un style essentiel. Le partage de l’information est une de ses valeurs centrales : les coûts de fabrication et marges sont détaillés sur son site.

Le détail de la production :

Les pièces de JULES & JENN sont fabriquées à la main avec passion dans des ateliers français et européens. Les chaussures sont réalisées en France, Italie, Espagne et Portugal. Les peaux sont issues de la filière agroalimentaire européenne, toutes les étapes de transformation du cuir sont réalisées en Europe. Les tanneries sont soumises à de drastiques régulations en matière de respect de l’environnement depuis les années 80. Lorsque le style des produits le permet, le tannage végétal est privilégié.

La marque, qui a fêté ses 5 ans, favorise l’utilisation de matériaux recyclés et upcyclés : toile en PET recyclé (obtenu via le recyclage de bouteilles plastiques) semelles en chutes de production de pneus automobiles, utilisation de leurs propres chutes de cuir issues de leur confection de maroquinerie.

2. Montlimart

Des essentiels indémodables avec toujours un truc en plus, le tout produit à moins de 2000 km dans des matières durables, voilà l’engagement de Montlimart. La marque sélectionne les meilleurs ateliers à taille humaine, respectant l'environ­nement et ses exigences de qualité.

Le détail de la production :

Entièrement fabriquées en France, dans le Maine-et-Loire, elles répondent aux normes européennes environnementales les plus strictes en termes de pollution et de respect de l'environnement. Toutes les informations concernant la production est précisément détaillée : du dessin à Saint-Pierre-Montlimart (49), à la mise au point et fabrication à Beaupréau (49). Recyclables, elles sont fabriquées à partir de PVC sans phtalates et ont une durée de vie estimée à 15 ans ! (selon le CTC).

3. Un Si Beau Pas

La marque fondée en 2017 a fait le pari de produire l’ensemble de ses chaussures en France dans 2 ateliers à Romans-sur-Isère, berceau de la chaussure, mais également au Pays Basque, capitale de l’espadrille.

Le détail de la production :

Ce qu’on aime surtout chez Un Si Beau Pas, c’est sa fabrication : une production à la demande pour que chaque chaussure soit unique, personnalisée et fabriquée en circuit court en France. De cette façon, aucune matière n’est gâchée ! Pour réaliser les souliers, on dénombre plus de 50 opérations de la découpe jusqu'au montage en passant par la très délicate étape de piquage. Les cuirs sélectionnés proviennent de tanneries italiennes et espagnoles. Les bottines Mathilde sont façonnées à partir de cuir Pleine Fleur de Chevreau et d’Agneau pour un maximum de souplesse. La doublure en cuir assure tenue et durabilité tandis que la mousse à mémoire de forme intégrée dans la semelle offre un confort absolu.

4. LA BOTTE GARDIANE

Les gardians camarguais, ce sont les gardiens des troupeaux de taureaux ou chevaux de la région. La botte gardiane est la seule entreprise qui fabrique les chaussures de ces gardians en faisant vivre un savoir-faire artisanal dans le petit village de Viletelle. Elle a d’ailleurs été classée entreprise du Patrimoine Vivant en 2007.

Le détail de la production :

Toutes les chaussures sont fabriquées en France, à partir de cuirs européens, en majorité français. Ses fournisseurs mêlent installations traditionnelles et modernes pour respecter les normes environnementales européennes. Une partie du tannage est végétal. Tous les modèles sont faits à la main. Petit bonus : la marque adhère à l’organisme Eco-TLC qui collecte les produits en fin de vie.

5. Le Soulor

La marque Le Soulor, fondée en 1925, est engagée à préserver le patrimoine humain et technique français. Leur atelier de fabrication de chaussures unisexes en Béarn dans les Pyrénées monte à la main leurs chaussures de randonnées et leurs chaussures de ville. Le savoir-faire labellisé « Entreprise du Patrimoine Vivant » de l’équipe vous permet de personnaliser votre paire de souliers, ou de la créer sur-mesure.

Le détail de la production :

Les chaussures sont fabriquées en cuir issu de tanneries françaises qui respectent des normes européennes strictes sur l’usage de produits chimiques et sur le traitement des eaux. Certains cuirs sont tannés grâce à des tannins végétaux : c’est le cas des « premières de montage et de propreté » (partie inférieure de la chaussure sur laquelle repose votre pied). La laine utilisée pour certains modèles provient de la bergerie de Pierre Pomiès, situé à seulement 3 km de l’atelier de la marque. Après la tonte et le filage, le tissage est assuré par Pyrénées Création (labellisé “Entreprise du Parc National des Pyrénées”).

En résumé, presque l’ensemble de ses fournisseurs (cuirs, tissus, feutres, colles, fils, lacets, semelles, œillets et crochets) sont situés à moins de 1100 km du Béarn et 60% d’entre eux dans un rayon de 350 km. Ce que l’on aime, c’est la durabilité de leurs chaussures : montées à la main, elles sont ressemelables plusieurs fois !

6. Jour Férié Paris

https://www.jourferieparis.com/les-valeurs/

Ici, il faut réserver un petit budget à son achat...mais la qualité est assurée.

Le détail de la production :

Jour Férié “Paris” parce que les chaussures sont dessinées dans un studio du 10e arrondissement, par Nathalie Elharrar et Johane Collet, les deux fondateurs. Leurs équipes sourcent leurs matières premières en Europe (France, Italie et Portugal) chez des fournisseurs qu’ils connaissent bien, dédiés à un savoir-faire de qualité. La majorité des cuirs subit un tannage végétal (c’est à dire à base d’écorce et de racines d’arbres, qui prend plusieurs semaines), dans des tanneries qui consacrent un budget important au recyclage et à la dépollution des eaux usées, selon la réglementation européenne. La confection, elle, est portugaise : elle a lieu à San Jao De Madeira dans un atelier d’une vingtaine de personnes, “hautement qualifiées” nous explique Nathalie. Les matières sont nobles, d’origine naturelle avec des semelles en cuir végétal ou caoutchouc naturel.

7. PIED DE BICHE

Un peu comme Jules et Jenn, Pied de Biche propose une fabrication luxueuse moins chère que le luxe grâce à une chaîne de production sans intermédiaire (cool pour notre porte-monnaie).

Le détail de la production :

Le cuir provient du Nord de l’Italie, avec une majorité de tannage semi-végétal. Les manufactures sont situées au Portugal où les artisans travaillent les chaussures à la main intégralement. Les semelles sont elles aussi en cuir, gage de confort et de qualité.

8. RIVECOUR

Bonne nouvelle, les si jolies chaussures Rivecour s’inscrivent également dans un parcours d’éco-responsabilité.

Le détail de la production :

Edouard Aubin, le créateur de la marque, nous explique que 80% de ses cuirs viennent d’Italie, et celui des semelles, du Portugal, sourcé “auprès de tanneries renommées, des gens passionnés comme moi par les belles matières”. Une petite partie de ses cuirs a droit à un tannage végétal, le reste est chromé dans le respect des normes européennes.

Son atout, c’est la centralisation de sa production au Portugal, où il peut appliquer un suivi personnel et observer les conditions de travail correctes.

9. Les souliers d'Iris

Autre très jolie marque française, Les Souliers d’Iris fait produire des bottines toute en cuir à tannage végétal ou low chrome au Portugal (oui, c’est le bastion de la chaussure).

Le détail de la production :

Les fondateurs revendiquent la qualité de leur production grâce à une fabrication manuelle dans un petit atelier près de Porto où le savoir-faire artisanal est une fierté. Le cuir vient d’Italie. Les semelles sont également en cuir, ce qui apporte confort et tenue. Le nombre de modèles déclinés et de coloris est volontairement réduit. Quality before quantity !

10. EL NATURALISTA

El Naturalista, comme son nom l’indique, est 100% investie dans une mode écologique. Ainsi toutes ses teintures sont d’origine végétale, son caoutchouc est naturel et ses matériaux, biodégradables ou recyclables.

Le détail de la production :

Pour ce qui est de nos bottines, El Naturalista a opté pour un tannage semi-végétal du cuir et une production entre le Maroc, à Tanger à l’Espagne, à La Rioja, dans des usines qui lui appartiennent en propre.

El Naturalista propose également des modèles vegan : le cuir est remplacé par un matériau à base de polyuréthane et polyester. Alors oui, vegan signifie ici qu’on se rabat sur des matière issues de l’industrie pétrochimique, non biodégradables.

11. GOOD GUYS

C’est une styliste parisienne végétarienne qui a créé Good Guys, marque de chaussures 100% vegan qui revendique une fabrication super éco-friendly. Le style et l’éthique sont tellement cool qu’elle a même séduit Emma Watson, star de l’écofashion sphère s’il en est.

Le détail de la production :

Les bottines Good Guys ne sont pas fabriquées à partir de cuir mais de polyester, revendiqué éco-responsable car recyclable et certifié sans agent toxique pour la santé par Oekotex. Les composants viennent majoritairement d’Italie, d’Espagne ou du Portugal et la fabrication a lieu au Portugal “dans des conditions de travail éthiques”. Good Guys a reçu le label Vegan approuved par l'organisme PETA.

Good Guys, Lucky high top vegan western boots — 175€

Boutiques en France :

  • Chéri, 8 rue Brochant, Paris
  • Le Mont Saint Michel, 96 rue Vieille-du-temple, Paris
  • Consuelo Zoelly, 22 rue de la perle, Paris
  • Gago, 24 rue Fabrot, Aix-en-Provence
  • Les Trésors Partagés, 10 rue des 3 croissants, Nantes

12. MATT&NAT

Matt&nat est une marque canadienne de chaussures vegan. Matt pour Material et Nat pour Natural. Elle développe chaque année de nouveaux matériaux pour remplacer le cuir de manière responsable et durable.

Le détail de la production :

Les chaussures sont dessinées au Québec avant d’être fabriquées dans des usines partenaires. Celles-ci sont situées en Asie, mais Matt&Nat dit les visiter régulièrement, s’assurant des bonnes conditions de travail. Une de leurs usines est certifiée SA8000 (organisme spécialisé dans la certification de standards sociaux). Pour remplacer le cuir, la marque utilise du polyuréthane et du PVC, précisant qu’elle privilégie le premier au second (le PVC n’étant pas beaucoup plus réjouissant que le cuir en terme de pollution de la planète). Pour les autres parties de la chaussure (ou de sa maroquinerie): du nylon recyclé, du caoutchouc naturel, du liège…

13. MIISTA

Cette jolie marque a été fondée par une Espagnole exilée à Londres qui fait confectionner dans son pays d’origine. Cette saison presque tous ses matériaux sont naturels.

Le détail de la production :

Soie, raphia, cuir à tannage végétal… Ce sont les principaux matériaux utilisés pour la fabrication des boots Miista, sourcés auprès de petits producteurs espagnols. Toute la confection est ensuite réalisée à la main en Espagne. La production européenne assure les conditions minimales de respect de l’environnement, et les nombreuses interviews d’employés, la transparence sur les conditions de travail.

14. NINE TO FIVE

Voici une jolie marque allemande dont les trois axes d’éco-responsabilité sont le tannage végétal du cuir, une production portugaise dans de petits ateliers et le refus de renouveler les collections régulièrement. Le design de leurs bottines comme de leurs autres chaussures s’inscrit dans des tendances longues : on les aurait aimées il y a deux ans, on les aimera encore dans cinq (on espère !). Elles sont donc en général disponibles sur le long terme, avec un élargissement de l’offre — et non un renouvellement complet.

Le détail de la production :

Le cuir de haute qualité vient d’Europe, tanné sans chrome, généralement par tannage végétal. La confection se fait à la main au Portugal, répartie sur trois usines artisanales du Nord de Porto, visitées plusieurs fois par an par les fondateurs.

Du bronzage à la coloration, chaque étape du processus garantit que seules des substances compatibles avec l'environnement sont utilisées.

15. Blankens

La marque suédoise Blankens, délicieusement chic et un délicatement rock promet du confort, du style, mais aussi un circuit transparent avec un impact écologique minimal.

Le détail de la production :

Les chaussures sont fabriquées en Italie et au Portugal dans de petites usines que les fondateurs visitent tous les six mois. Le cuir vient pour la plupart d’Italie. Blankens développe le tannage végétal sur certaines de ses chaussures même si ce n’est pas encore le cas pour toutes. (Comme celles-ci dessous même si elles sont très belles. En revanche CELLES-CI ont eu droit à un tannage végétal !).

16. PIKOLINOS

Pikolinos est Espagnol et fabrique localement, premier bon point.

Le détail de la production :

Pikolinos revendique un cuir bovin de haute qualité (mais nous n’avons pas réussi à en connaître la provenance exacte lors de nos échanges). Toutes les étapes de préparation du cuir sont réalisées dans les usines de Pikolinos, à Alicante.

L’entreprise a opté pour un tannage semi-végétal pour ses bottines (c’est-à-dire qu’elle mêle deux techniques de tannage, végétal et au chrome III, inoffensif pour l’homme). La teinture des peaux est naturelle.

17. Toms

Toms a été fondée par un globe-trotteur, Blake McCoskie, pas le genre de personne à vouloir faire du business sans se préoccuper de la planète. De base, son concept est caritatif : une paire de chaussures achetées = une paire de chaussures offertes à quelqu’un dans le besoin. Ensuite, il a pensé les choses de manière globale (les humains ET la nature) optant pour une fabrication exclusivement à partir de matériaux végétaux ou recyclés.

Le détail de la production :

L’entreprise américaine source du chanvre naturel, du coton bio, du polyester recyclé… Ils utilisent également du daim sans préciser le type de tannage. Les chaussures sont ensuite fabriquées en Chine, en Ethiopie ou en Argentine. Pas de label pour garantir les bonnes conditions de travail mais la marque assure que “toutes les équipes coordonnent et supervisent activement les fournisseurs et vendeurs pour veiller au respect des normes de responsabilité sociale de l'entreprise”. Elle est également membre de plusieurs associations qui visent une exploitation de matière première plus durables et des engagements environnementaux dans la mode (Textile Exchange et American Apparel & Footwear Association).

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

  • 253
  •  
  •  
  •  
  •  
Vous aimerez aussi

Partagez votre avis

Start typing and press Enter to search

Olly modèle Kara TerraCotta Aquamarine 4 filles sur la plageFestival des autres modes 2021