https://www.sloweare.com/sitemap.xml

8 étapes pour passer à un dressing éco-responsable (sans paniquer) cette année

 dans Articles les plus vus, J'adopte la slow Fashion, Publications

SloWeAre

8 étapes pour passer à un dressing éco-responsable (sans paniquer) cette année

SloWeAre

8 étapes pour passer à un dressing éco-responsable (sans paniquer) cette année

SloWeAre




Temps de lecture estimé à 5 minutes

Vous avez raison : passer à un dressing éco-responsable ne se fait pas du jour au lendemain. Parce que c’est un processus qui est autant concret que mental, ce n’est pas immédiat, mais c’est hyper enrichissant. On vous donne nos clés pour y arriver cette année.

Vous en avez envie. Vous savez que ce serait mieux pour vous, pour la planète, pour votre porte-monnaie… Mais c’est un peu comme le zéro-déchet : vous avez le sentiment que c’est bien trop complexe pour que vous fassiez autre chose que freiner les achats impulsifs de fringues mal coupées en fast fashion.
En ce début d’année, il est temps pour nous de vous livrer les fruits de notre expérience pour vous montrer qu’en fait, avec quelques clés, c’est simple de devenir un-e modeux-se éco-conscious.

1. Se détendre : pas besoin de jeter votre dressing « non responsable » au feu !

Certes, votre jupe à fleurs Zara de l’été dernier et votre hoodie gris de chez H&M ont été fabriqués de manière pas cool. Mais si vous décidez de vous débarrasser de tout votre ancien dressing, en mode Marie Kondo de l’extrême, vous allez vous en mordre les doigts (même en les faisant collecter en point Relais). Plus vous porterez longtemps les vêtements de votre dressing, plus ils seront « durables ». Vous mettrez sans doute 2 ou 3 ans à revisiter tout votre dressing, alors pas de panique si vous avez encore de la fast fashion dans vos armoires. Si vous aimez les porter, vous avez complètement raison de les garder.

2. Cerner son propre style

Si vous savez déjà parfaitement ce qui vous va / ne vous va pas, vous avez fait une très grosse étape du boulot.
En effet, acheter mieux, c’est ne plus craquer pour une fringue même si ce n’est pas parfaitement votre taille ou juste parce que vous l’avez vue sur cette fille que vous suivez sur Instagram et que ça lui allait si bien, à elle. Désormais, vous ne vous dirigerez plus que vers des coupes, des couleurs, des tombés qui vous valorisent !
Si vous avez remarqué que la plupart des beiges vous font un teint d’endive, stop le beige. Si les jeans taille haute vous scient le ventre parce que vous êtes taillée en « H » comme dirait Cristina, adieu les tailles hautes. Faites votre deuil de ce qui vous fait ressembler à un sac à patates ou à une grande perche, vous serez moins épuisée pendant vos sessions shopping et gagnerez de la confiance en vous. L’œil avisé d’une conseillère en image et personnalité pourrait bien vous faire office de psychanalyse de votre penderie (et vous faire gagner pas mal de temps !).

 


3. Trier (aka le soulagement)

Vous l’attendiez ? C’est le moment où on s’inspire de la méthode Konmari. Vous sortez tout des placards et vous prenez le temps de « ressentir » chaque vêtement. Je l’aime un peu, beaucoup, passionnément… ou bof bof ? Je répare ceux qui sont abîmés mais que j’adore (c’est le moment de vous mettre à la couture si vous n’avez jamais reprisé un bouton !). Je mets de côté ce qui pourrait plaire aux copines, le reste ira en point de collecte. On connaît des personnes qui se pensaient très raisonnées dans leurs achats et se sont débarrassées de 12 sacs de vêtements. Le résultat : vous retrouverez mieux les tenues que vous aimez dans vos placards, vous les redécouvrirez même. Celles qui restent sont plus précieuses.
Au fait, il y a tout plein d’autres méthodes de rangement. La méthode des cintres : on met tous les vêtements de la penderie dans un sens, et chaque jour, on ne retourne que ceux qu’on porte ce jour-là. À la fin, ceux qui ne sont pas retournés sont ceux que vous ne portez pas, ça vous aide à y voir plus clair. La méthode « 333 » : vous sélectionnez seulement 33 vêtements par saison.
Si ce n’est pas inné, il y a de quoi apprendre .

4. Prendre son temps

Désormais, vous allez passer moins de temps dans les centres commerciaux. Les boutiques seront plus petites, elles sentiront moins le plastique, les vendeurs(euses) seront gentil(le)s, il n’y aura pas 10 personnes dans la queue et 50 pendant les soldes (il n’y aura sûrement pas de soldes). L’éco-responsabilité c’est « acheter moins mais mieux », cibler les vrais besoins. La nouvelle façon d’acheter, c’est donc d’abord de noter vos coups de cœur : cette robe vue sur le compte Instagram d’Aatise, ces bottines repérées dans un article SloWeAre (par exemple…)… Petit rappel : si vous achetez un beau jeans à 120€ au lieu de 4 jeans informes à 30€, vous êtes gagnante.

 

5. Ne surtout pas oublier de se faire plaisir

Passer de sessions shoppings un week-end sur deux à un dressing éco-responsable sera un peu long.
Surtout, ne vous culpabilisez pas parce que vous avez craqué, parce que vous aviez besoin de ce manteau et que vous n’avez rien trouvé de cool pour le remplacer (sauf chez Mango 😱 ). Sûrement passerez-vous par une phase de transition un peu floue tant que vous n’aurez pas trouvé les deux-trois marques que vous adorez. Pas de panique, ça va venir. L’idée n’est pas d’atteindre la perfection mais de faire du mieux qu’on peut (un peu comme pour tout dans la vie).

6. Redécouvrir la seconde main

« J’ai pas le temps », « c’est moche », « c’est sale »… Si vous avez plutôt l’habitude de râler sur les friperies, il est temps de réviser votre jugement. Les friperies, c’est une petite jupe Kenzo à 10 balles et un manteau pour l’hiver made in France au même prix (ceci est un témoignage). Ce sont les pièces les plus marquantes de votre dressing, celles qui suscitent votre créativité. À condition de bien choisir sa friperie : les Guerrissol, le Hippie Market (à Paris), les Friperies Solidaires peuvent être des mines d’or.
Pour un style moins old school, tentez les vide-dressing, en physique, comme Violette Sauvage ou en ligne (Vestiaire Collective, Dress in the City, etc). Quand la propriétaire de cette chemise en soie Chloé s’en lassera, ce sera à vous de la récupérer. Pour 30€.

7. Lister ses chouchous

Ça y est ! Vous commencez à avoir vos repères ? Vous avez remarqué qu’Ekyog proposait des pulls et t-shirts aussi chou que ceux de Des Petits Hauts, que Maison Standards et 1083 étaient de super alternatives aux jeans Levi’s®, que c’était vachement plus cool d’acheter une super marinière chez Armor Lux (en vérifiant bien que celle que vous choisissez est Made in Breizh), Etik ou La Touche Française plutôt qu’un truc à rayures sans forme chez Pull & Bear ? Vous êtes sur la bonne voie. Faites le tour de votre quartier, vous allez peut-être découvrir quelques boutiques responsables à noter dans votre roadbook shopping ! C’est un peu comme quand vous allez chez le boulanger au lieu d’acheter du pain de mie en supermarché, c’est meilleur et ça fait plaisir.
Vos onglets favoris vont devenir Dream Act, Dressing Responsable, Altermundi
Ça va venir : changer ses habitudes, c’est quand même un des trucs les plus longs à faire. Il faut être patient, motivé et organisé !

8. Faire ses comptes

Oui, on sait bien. Les t-shirts en coton bio à moins de 40€ ne sont pas légions (mais ils existent !) et vous ne considériez pas vos achats de bottines comme des investissements jusqu’à présent. Mais de fait, c’est un peu l’idée : acheter mieux, c’est plus cher sur le moment mais plus malin. Si vous êtes capable de calculer vos dépenses « mode » de 2017, faites-le. Listez désormais vos achats sur 2018 : le calcul devrait être rapide et vous amener à une conclusion réjouissante… Parce qu’acheter 5 t-shirts à 20€ (qui s’abîment après 3 lavages) coûte plus cher que 2 t-shirts à 40€, à la coupe parfaite et à la super tenue.

Simple, non ? Alors on s’y met ?

Facebook5k
Instagram5k
LinkedIn1k
Google+
Google+
https://www.sloweare.com/8-etapes-pour-passer-a-un-dressing-eco-responsable
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

  •  
    378
    Shares
  • 375
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
Vous aimerez aussi

Partagez votre avis

furoshikiKipluzet INSPIRATION
Lire les articles précédents :
furoshiki
Furoshiki, l’emballage cadeau éco-responsable

Chaque année pour les fêtes, avouons-le, c’est le même casse-tête. Non, seulement, il faut trouver les bonnes idées cadeaux qui...

Fermer