A la rencontre du fondateur de Besight

Acteur engagé pour une mode plus responsable, Wilfrid de Besight se livre au jeu de notre interview.

Quand avez-vous créé Besight et pourquoi ?

Besight est une jeune startup éditrice d’accessoires design et éco-responsable. Notre objectif est double : soutenir les jeunes designers et leur donner les clés d’un développement commercial réussi. Notre solution ? Impliquer très tôt le consommateur dans le processus créatif et leur donner la possibilité d’être acteur des futures tendances. A travers ce schéma collaboratif, les matériaux que nous utilisons, nous souhaitons mettre en valeur la mode éthique.

Quels engagements souhaitez-vous valoriser ?

Trop de scandales ont lieu dans la mode conventionnelle. Nous souhaitons agir à notre échelle, en ré-impliquant les consommateurs dans ce milieu pour qu’ils agissent dans le bon sens.

Nous souhaitons nous engager pour une mode plus responsable au sens large.

  • Utilisation de matériaux bio-sourcés, à minima recyclable ou issus de sources recyclées
  • Le commerce équitable des matières premières
  • Le respect de travailleurs, de leur salaire et leurs conditions de travail
  • Le respect des animaux
  • L’écoconception des produits, pour éviter les procédés gourmands en ressources

Tout cela pour proposer une offre responsable et accessible à tous.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez dû faire face ? Comment avez-vous réussi à résoudre le problème ?

Il est très difficile de respecter les nombreux engagements que nous nous fixons. Parfois, il faut savoir faire des concessions sur l’un de ces points, par exemple l’utilisation de matériaux bio-sourcés.

Pour résoudre ce problème, nous visons sur le long terme et investissons avec nos fournisseurs vers des moyens de productions plus écologiques.

Quel a été votre cheminement personnel vers la mode éco-responsable ?

A l’origine, j’étais acheteur de produits de qualité. Le « consommer moins mais consommer mieux » m’a été enseigné très jeune et a fait intégralement partie de mon éducation.

Cependant, j’ai appris assez tard que la mode était une industrie qui avait un énorme impact sur l’environnement et les travailleurs. C’est en rencontrant des personnes engagées que j’ai évolué vers le secteur de la mode responsable.

Quelle mode/style avez-vous envie de défendre ?

Nous défendons un style original et intemporel qui véhicule les valeurs du développement durable.

Pour quel type de femme et d’homme ?

A travers nos accessoires très design, nous diffusons nos valeurs à toutes les personnes qui y sont sensibles.

Quelle est votre inspiration mode du moment dans votre vie quotidienne (personnalité, créateur…) ?

J’aime beaucoup Marron Rouge, et j’ai besoin d’un sac solide qui respecte mes valeurs. L’upcycling est apparu comme une évidence pour moi.

Quelle est votre rituel beauté ? / votre vêtement fétiche ?

Je viens de citer le sac. Je porte avec moi énormément de choses tous les jours (mon sac pèse environ 7kilos !)

Sinon, j’aime beaucoup les chemises 😉



Facebook2k
Facebook
Instagram1k
LinkedIn
YOUTUBE
Pinterest
Pinterest
Google+
Google+
https://www.sloweare.com/interview-besight/
RSS

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

Le guide des étiquettes

Recevez gratuitement notre guide pratique des étiquettes édité par SloWeAre.
Inscrivez-vous à notre SlowLetter pour obtenir le lien de téléchargement.
Adresse mail
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Partagez votre avis

https://www.sloweare.com/sitemap.xml

Slowez-nous ! Partagez la Slow Attitude avec les personnes que vous aimez

Restez connectés

Ne manquez plus aucune information de la mode éthique et éco-responsable.
Toutes nos actus, nos bons plans seront dans la prochaine SlowLetter (bi-mensuelle).
Adresse mail

Le guide des étiquettes

Recevez gratuitement notre guide pratique des étiquettes édité par SloWeAre.
Inscrivez-vous à notre SlowLetter pour obtenir le lien de téléchargement.
Adresse mail
Leax Made in France
Vous aimerez aussi lire :
Le vintage toujours à la mode

Avant on chinait un vieux manteau rétro des années 50 chez Emmaüs, aujourd’hui on entre dans des friperies détenues par...

Fermer